mai 13

Recherche-Action Les étapes 1 et 2

1  commentaires

Recherche-Action Les étapes 1 et 2

Charles Dugas

Préambule 

Nous avons, dans un article précédent, identifié trois méthodes pouvant être utilisées en Recherche-Action.

  • L’enquête feed-back
  • La résolution de problèmes avec expérimentation sur le terrain
  • La méthode des systèmes souples
  • Je vous propose d’approfondir nos connaissances en méthodologie des systèmes souples.

    Un problème?

    Il y a un problème quand existe un écart  entre la situation désirée et la situation existante. Il peut s’agir d’une situation qui a dérivé (qui était mieux avant ) ou de l’opportunité d’une nouvelle situation plus favorable.

    La distinction entre dérive et opportunité  est incontournable , car celle-ci aura une incidence sur le choix de la démarche en vue de résoudre le problème.

    Dérive

    Dans le cas d’une dérive, il faut regarder vers passé. Le système en cause a déjà livré la marchandise. Que s’est-il passé?

    Opportunité

    Remarque: selon moi, la mise en place d’une nouvelle équipe, d’un nouveau département, bref d’un nouveau système doit être traité de la même façon qu’une opportunité.

    En ce qui concerne une opportunité, il faut regarder vers l’avenir. Préparer le système en conséquence, vérifier s’il possède les ressources, les capacités, les habilités, etc. pour y répondre. Dans ce cas, il s’agit, au meilleur de nos connaissances, de prévenir qu’un problème survienne.

    La fondation

    Les deux premières étapes construisent la fondation de la méthode des systèmes souples.

    Étape 1 – La situation qui fait problème

    Il s’agit ici de poser une question ouverte en vue obtenue, de la partie le propriétaire du système, une description spontanée et succincte de la situation qui fait problème.

    Exemple: Qu’est-ce qui fait problème? Pourquoi est-ce un problème? 

    Étape 2 – La situation problématique énoncée

    Tout comme la fondation d’un immeuble doit être bien construit, la situation qui fait problème doit être:

    • identifiée;
    • énoncé de façon précise;
    • être contre-vérifié.

    Je vous souhaite utiliser deux instruments ci-dessous pour mieux camper l’énoncé de la problématique. 

    La méthode  CQQCOQP et la méthode des 5 pourquoi.

    https://www.managementvisuel.fr/bonnes-resolutions-de-lannee-la-methode-cqqcoqp-pour-les-concretiser/

    la méthode des 5 pourquoi

    https://www.manager-go.com/gestion-de-projet/dossiers-methodes/la-methode-des-5pourquoi

    Le respect de ces étapes est crucial pour bien construire la fondation d’une Recherche-Action.

    Pièges à éviter:

    • Chercher une solution à un problème qui n’existe pas.
    • Trouver la bonne solution pour le mauvais problème.
    • Considérer comme optimale une solution qui émerge au fur et mesure que le problème se dessine.

    Trop facile pensez-vous! Quoi de mieux qu’une petite étude de cas pour vérifier.

    Mise en situation

    Un chef de service requiert vos services pour l’aider à trouver une solution à un problème d’embauche. Depuis environ six mois, son département d’ingénierie n’arrive pas à trouver un remplaçant pour un de ses ingénieurs séniors qui désire prendre sa retraite après 30 ans de loyaux services. Plusieurs candidats ont été sélectionnés pour passer en entrevue, mais aucun ne répondait au profil recherché. Il se demande comment il pourrait attirer des candidats valables.

    Comment allez-vous aborder ce problème?

    Écrivez votre plan d’action et réservez le pour le prochain article.

    Loved this? Spread the word


    Articles similaires

    Connaissez-vous votre culture d’entreprise?

    Lire l'article

    Télétravail – Un doute m’étreint

    Lire l'article

    Pourquoi le consultant-exécutant remporte-t’il si souvent le contrat?

    Lire l'article

    Consultants-Un paradigme vicieux à leur égard

    Lire l'article