Introduction

Je vais certainement me faire tirer des tomates, mais je persiste et signe : « pour bien maîtriser l’art de la gestion, il est nécessaire de comprendre le fonctionnement de la machine humaine. » Comment fonctionnons? Quels sont les stimulus qui nous font réagir? Les freins, l’accélérateur, les ajustements, etc.  

L’être humain vu comme un système de traitement de l’information.

L’être humain vu comme un système de traitement de l’information.

Système nerveux des êtres vivants

La fonction du système nerveux (système de traitement de l’information) consiste à assurer la préservation de l’organisme vivant en lui donnant la possibilité de fuir, d’affronter ou de se soumettre. 

Le cerveau reçoit, par l’intermédiaire des organes des sens (périphériques) de l’information sur l’environnement immédiat et sur l’état interne de l’ensemble des cellules constituant son organisme. Traitant cette information, le système nerveux émettra des directives permettant à l’organisme de préserver son intégrité.

Programme

Nous venons au monde avec un programme qui, bien qu’encore immature, possède déjà une structure pulsionnelle répondant aux besoins fondamentaux et une structure permettant l’apprentissage des automatismes imposés par le milieu où nous naissons.

Par la suite, notre programme de base évolue. Nous découvrons par la programmation parentale (récompenses/punitions) des automatismes qui ont, du moins le dit-on, pour but de nous faire accepter par le milieu dans lequel nous existons. Ce programme ne cessera de se modifier qu’au moment de notre mort.

Malheureusement, il y a trop souvent des bogues lors de cette programmation. Le syndrome de stress post-traumatique en est un bon exemple.

Structure du système nerveux

Structure primitive du système nerveux

Premier niveau d’un système nerveux, souvent appelé « cerveau reptilien« . Il est constitué par l’hypothalamus et le tronc cérébral. Il assure les comportements innés visant à l’assouvissement de la faim, de la soif et au besoin de reproduction (sexualité). Qu’on l’accepte ou non, ces comportements sont essentiels à la survie d’une espèce.

Structure secondaire du système nerveux ou structure de mémorisation à long terme

Avec les premiers mammifères apparaît un deuxième niveau, le système limbique souvent appelé « cerveau mammalien ». Celui si va permettre les processus de mémoire à long terme. Grâce à ce niveau, les expériences résultantes de contacts entre l’organisme vivant et son environnement ne se perdront pas. Ces expériences seront mémorisées comme agréables ou désagréables, permettant le maintien de l’organisme ou dangereuse pour celle-ci. L’organisme aura tendance à répéter les premières (renforcement) et à éviter les secondes (leçons négatives). La classification de ces expériences (stimulus) est ce que nous appelons l’apprentissage. La programmation des réseaux neurotiques suite à un apprentissage est ce que l’on appelle la structure acquise.

Important: Cette programmation par l’apprentissage constitue la base des émotions (positives et négatives).

Acquis sociaux

C’est par le principe essai-erreur que nous apprenons les règles du milieu où nous nous trouvons. Par ce principe, nous faisons l’apprentissage des conséquences désagréables qu’il en coûte de les enfreindre et celle agréables dont le groupe social peut nous récompenser pour les avoir respectés.

Dans les faits, à moins que le fonctionnement de notre système nerveux ait brusquement changé ces cent dernières années nous apprenons uniquement si les possibilités de ressentir du plaisir ou du déplaisir sont présentes. La présente d’une seule de ces possibilités ne provoquera pas d’apprentissage.

Nous parlons ici d’acquis sociaux pour toutes les espèces animales et d’acquis socioculturels pour l’Homme.

Conclusion

Nous naissons avec un système nerveux basique (immature). Notre personnalité nous provient de notre bagage génétique, de l’environnement dans lequel nous grandissons et des expériences que nous vivons. Ce qui explique qu’il n’y a aucune personne totalement semblable à une autre et qu’il n’y a aucune personne ayant fini son apprentissage.

En tant que dirigeant, chaque personne sous notre supervision est unique. Inutile de penser au clonage, du moins pour l’instant. En revanche, si nous réussissons à comprendre l’utilisation de certains leviers de gestion, nous pourrons parfaire notre maîtrise de l’art de la gestion.

Prochainement disponible sur notre site

Ne manquez pas notre prochain article – COMMENT APPRENONS-NOUS — P2

Sources

Selye, Stress sans détresse, Les éditions La Presse, 1976
Laborit, Éloge de la fuite, Éditions Robert Lafont, 1976
Mossio et al., Theoretical principles for biology: Organization, Progress in Biophysics and Mol
Print Friendly, PDF & Email
Scroll to Top
%d bloggers like this: